Équipe 8- Myopathies inflammatoires & thérapies innovantes ciblées

Olivier Benveniste

O. Benveniste

Responsable : Olivier Benveniste

L’équipe 8 dirigée par Olivier Benveniste est fortement impliquée dans les études de médecine translationnelle ciblées sur l’immunologie du muscle (des myopathies inflammatoires primaires (myosites) aux réactions immunitaires provoquées par les enzymothérapies de substitution ciblant les maladies lysosomiales du muscle).

Projets Myosites

Les myopathies auto-immunes sont des maladies du muscle acquises rares et hétérogènes, pour lesquelles les manifestations musculaires et extra-musculaires sont variables et mènent à l’identification de sous-groupes de patients en fonction des phénotypes cliniques et histopathologiques du muscle. La physiopathologie de ces maladies invalidantes demeure encore inconnue. La plupart des  myopathies auto-immunes sont à ce jour associées à des auto-anticorps spécifiques des myosites (MSA), nouvellement décrits. Alors que chaque MAS est associé à un phénotype clinique relativement homogène, on ne connait ni la spécificité de la pathologie musculaire associée à un MSA donné, ni la spécificité de la réaction immunitaire musculaire associée à un MSA donné.

Notre but est de revisiter la classification, la physiopathologie puis le traitement des différentes myopathies inflammatoires basées sur leurs MSA. Pour cela, nous avons mis en place un formulaire de recherche clinique électronique (e-CRF) pour les myosites que nous avons lancé dans 9 centres en France dont le nôtre. Nous avons commencé la caractérisation et le phénotypage des patients (998 patients sont répertoriés dans la base de données en Avril 2015 et pour 230 d’entre eux nous avons déjà terminé l’intégration des données cliniques et biologiques, en particulier les paramètres de sérologie, imagerie et pathologie). En parallèle, nous avons créé une banque d’échantillon au sein de la “Myosites ADN-ARNthèque Serothèque Cellulothèque” (étude MASC) (reference Codecoh: DC-2011-1445). Grâce à ces outils, nous caractérisons finement la réaction inflammatoires chez les patients, les effets de ces MSA sur des cultures primaires de myoblastes/tubes, ou in vivo chez la souris.

Projets Maladies Lysosomales et réactions immunitaires provoquées par les enzymothérapies de substitution (ES)

La maladie de Pompe (MP) est une myopathie métabolique héréditaire due au déficit d’une enzyme lysosomale, l’acide α-glucosidase (GAA). Si l’enzymothérapie de substitution (ES) a amélioré l’issue de la maladie, les réactions immunitaires dirigées contre la GAA recombinante injectée sont courantes, et peuvent même, dans certains cas, nuire à l’efficacité de la thérapie. Alors qu’il est clair que le développement d’anticorps anti-GAA est associé à un pronostic défavorable pour des patients atteint de la forme infantile de la MP, dans la forme plus modérée et tardive de la maladie, la maladie de Pompe à déclenchement tardif (LOPD), l’immunité contre GAA au cours de l’ES est peu étudiée du point de vue immunologique et clinique.
Nous cherchons donc à caractériser les réponses spécifiques des cellules T à la GAA recombinante chez les sujets LOPD avec des titres d’anticorps contre la protéine élevés vs faibles et de comparer les résultats à ceux de patients atteints de LOPD non traités et de donneurs sains.

Une approche similaire est déclinée au cours de la maladie de Fabry, autre maladie lysosomale bénéficiant d’une ES.

Composition de l’équipe

O Benveniste, PU-PH, chef d’équipe, chef du Département de Médecine Interne et Immunologie Clinique, Coordinateur du réseau national Myosites
Y Allenbach, MCU-PH, co-direction de l’équipe
P Laforet, PH, Coordinateur du réseau national Maladie de Pompe
O Lidove, PH, Coordinateur du réseau national Maladie de Fabry
Y Allenbach, PH
Damien Amelin, Ingénieur
Akinori Uruha, Post-doc
Leandro Ladislau, Post-doc
Gaelle Dzangue-Tchoupou, Pré-doc
Kubéraka Mariampillai, Pré-doc
Wladimir Mauhin, Pré-doc