Des priorités redéfinies pour le CRM – Entretien avec Pr Bertrand Fontaine

Le Centre de recherche en myologie (CRM) est un pôle d’excellence de recherche sur le muscle et ses pathologies. Il fait partie de l’Institut de Myologie qui compte également six autres pôles distincts et complémentaires*, et qui constitue un écosystème bénéfique favorisant les interactions et l’émergence de projets innovants. « Nous sommes dans un environnement qui nous apporte et qui pour nous est un garant de réussite » affirme le Pr Bertrand Fontaine, directeur par intérim du CRM.

Restructurer collectivement
L’importante réorganisation du projet scientifique du CRM pour les années 2019-2024 a été menée de concert avec les équipes au cours d’ateliers de discussion et d’écriture. « Écrire en commun a permis d’arriver à dégager une cohérence qui justifie que l’on soit tous ensemble et que notre projet ne soit pas l’addition de projets individuels » souligne Bertrand Fontaine. « Des projets collaboratifs intra-CRM ont d’ailleurs émergé, témoignant de la création d’une nouvelle dynamique de groupe ». Les priorités scientifiques communes qui ont été dégagées concernent trois vastes champs de la recherche : la recherche fondamentale, la recherche sur les maladies neuromusculaires et les applications thérapeutiques, qui couvriront le muscle, la jonction neuromusculaire et le neurone moteur.

Recentrer les équipes et mettre à disposition les technologies innovantes
Pour répondre efficacement à ces problématiques scientifiques, « nous avons décidé de recentrer les équipes sur les questions de recherche sur lesquelles elles sont les plus compétitives et de faire sortir les progrès technologiques d’intérêt commun qui ont été mis au point dans les laboratoires, afin d’en faire bénéficier l’ensemble de la communauté des chercheurs de l’institut sous forme de plateaux ».

Des plateaux technologiques au service de la communauté
Quatre plateaux technologiques ont été mis en place : un plateau AAV (recherche pré-clinique et validation de modèles avant le grade clinique), un plateau d’immortalisation des cellules musculaires (en cours de rapprochement avec Myobank, l’un des pôles de l’institut), un plateau de microscopie et un plateau de bioinformatique.

Des projets scientifiques majeurs
En parallèle, une dizaine de projets scientifiques majeurs vont être développés. Parmi ceux-ci, on peut citer la physiopathologie et les applications thérapeutiques dans la maladie de Steinert, la compréhension de mécanismes fondamentaux communs à diverses maladies musculaires autour de la signalisation intracellulaire, le fonctionnement de la jonction neuromusculaire et son rôle dans les maladies neuromusculaires, ou, encore les aspects thérapeutiques de maladies du motoneurone (telle que la SMA), ou de la myopathie de Duchenne, « en sachant que au travers de ces travaux, on a identifié une voie de recherche qui pourrait avoir des conséquences plus larges sur le vieillissement musculaire ».

Accroître de la visibilité internationale et recruter de nouvelles équipes
Sur les grandes thématiques scientifiques retenues, les équipes du CRM sont déjà très bien placées dans la compétition internationale, voire en position de leadership. Deux nouvelles équipes de haut niveau, issues de deux centres d’excellence français sont déjà venues enrichir le centre, et des équipes internationales viendront prochainement les rejoindre et accroître le potentiel de recherche du Centre de recherche en myologie.

 

* Il s’agit de la consultation neuromusculaire dirigée par le Pr Bruno Eymard, pôle d’activité principal du Centre de référence de pathologie neuromusculaire-Paris Est, du laboratoire d’histopathologie dirigé par le Dr Norma Romero, du laboratoire de physiologie et d’évaluation neuromusculaire dirigé par Jean-Yves Hogrel, du laboratoire de résonance magnétique nucléaire (RMN) dirigé par le Dr Pierre Carlier, de Myobank (Banque de tissus pour la recherche) dirigé par Pr Bertrand Fontaine et de l’Institut I-Motion, centre de recherche clinique pédiatrique dirigé par Laurent Servais (sur le site de l’Hôpital pour enfants Trousseau). L’Institut de Myologie compte en outre une activité transversale : l’enseignement.