Faits marquants 2020

L’année 2020 a été jalonnée de nouveaux projets et de réalisations phares, notamment dans le cadre du déploiement du plan stratégique, témoignant du dynamisme de l’Institut et de l’engagement de ses équipes autour d’une même ambition : l’intérêt du patient, la reconnaissance de la Myologie et les avancées scientifiques pour la guérison des maladies neuromusculaires.

01 / ÉVALUATION DE L’INSTITUT DE MYOLOGIE
Un comité international de neuf experts indé- pendants, « Scientific Advisory Board » (SAB), a rendu une évaluation positive de l’Institut de Myologie en 2020 et l’a reconnu comme « l’un des meilleurs centres de recherche sur les pathologies neuromusculaires au monde, si ce n’est le meilleur ». D’après ces experts, la recherche transversale y est active et struc- turée et une très bonne coopération entre les équipes, avec de vraies expertises uniques, a été notée. La construction d’un bâtiment qui permettrait de regrouper tous les experts et d’accroître le nombre d’équipes de recherche ne fera que porter davantage notre ambition d’excellence scientifique et médicale vers notre future Fondation de Myologie.

02 / CENTRE DE RECHERCHE EN MYOLOGIE
Les équipes du Centre de Recherche ont poursuivi les travaux engagés dans le développement de thérapies innovantes pour les maladies neuromusculaires : développement génétique et physiopathologique, approches thérapeutiques précliniques et cliniques, biothérapies des maladies neuromusculaires. Les plateformes Myoline, Myoimage et Myovector, nées au sein des équipes du centre de recherche, se sont organisées afin d’harmoniser les méthodes pour faciliter les productions ultérieures à plus grande échelle dans le cadre des études précliniques puis des essais cliniques.

03 / CENTRE D’EXPLORATION ET D’ÉVALUATION NEUROMUSCULAIRE
> LABORATOIRE D’IMAGERIE ET DE SPECTROSCOPIE PAR RMN
Ce laboratoire a mis en place un protocole d’imagerie et de traitement des données multicentriques internationales pour les projets du laboratoire Généthon dans la dystrophie musculaire des ceintures avec déficit en FKRP (LGMD R9) et dans la myopathie de Duchenne (DMD).
Le laboratoire a obtenu un financement de l’Agence Nationale de Recherche (ANR) pour son projet méthodologique d’évalua- tion rapide et simultanée du pourcentage de graisse et du T1, un paramètre reflétant l’activité de la maladie.
L’équipe a publié une méthode d’IRM dynamique qui permet de mesurer simultanément la perfusion et le métabolisme énergétique du muscle au cours de l’exercice.

> LABORATOIRE D’HISTOPATHOLOGIE
Ce laboratoire a identifié et caractérisé plusieurs formes de myopathies congénitales et contribué à la découverte de myopathies liées à deux nouveaux gènes UNC-45B et GGPS1.
Une première base de données inédite en images sur le muscle, « l’Atlas du muscle », a été créée en collaboration avec le Centre de Recherche. Elle recense de façon exhaustive et qualifiée plus de 4.300 biopsies musculaires de patients ou animaux malades, traités ou non. Cet outil collaboratif a pour objectif d’accélérer la recherche, le diagnostic et les pistes thérapeutiques.

> LABORATOIRE DE PHYSIOLOGIE ET D’ÉVALUATION NEUROMUSCULAIRE
Ce laboratoire a validé et publié plusieurs méthodes innovantes : ElecMyo, pour la mesure du volume musculaire par une technique originale de bioimpédancemétrie, plusieurs méthodes non invasives d’évaluation des dysfonctionnements du diaphragme à l’aide d’outils d’imagerie échographique, la validation du MyoGrip dans le suivi longitudinal de patients atteints de myopathie de Duchenne, ainsi que du MyoQuad, un dispositif mesurant la force du quadriceps.

> MYOBANK-AFM
En 2020, la Myobank-AFM a participé à l’essai de thérapie génique dans la DMD porté par le laboratoire Généthon et traité les prélèvements du premier patient de l’essai Aspiro de thérapie génique dans la myopathie myotubulaire.
Le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation a donné à la Myobank-AFM l’accord d’exportation et d’importation des échantillons musculaires pour les équipes impliquées dans le projet international de comparaison standardi- sée des cellules candidates pour la thérapie cellulaire, soutenu par l’AFM-Téléthon.

04 / ETUDES CLINIQUES
> En 2020, la plateforme d’essais cliniques pédiatriques, I-Motion Enfants, a pris en charge 111 patients qui ont été inclus dans 19 protocoles de recherche clinique dont 2 essais de thérapie génique et 4 études d’histoires naturelles, avec 10 sponsors. Ces protocoles concernent la myopathie de Duchenne (DMD), l’amyotrophie spinale (SMA) et les myopathies myotubulaires et centronucléaires.
> La nouvelle plateforme d’essais cliniques I-Motion Adultes, créée fin 2019 pour permettre une prise en charge des essais cliniques chez les patients neuromusculaires adultes, est montée en puissance.
Trois études ont été mises en place en 2020 (une étude d’histoire naturelle et deux essais thérapeutiques) ciblant plusieurs pathologies neuromusculaires dont l’amyotrophie spinale, la myasthénie, les myopathies auto-immunes et la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA). La plateforme mène aussi plusieurs études rétrospectives visant à valoriser les données déjà acquises au cours des années chez des patients atteints de différentes maladies neuromusculaires.
> L’équipe Registres et bases de données a réalisé un recueil exhaustif au niveau national des données concernant les patients atteints de laminopathies dans l’Observatoire français des laminopathies et des émerinopathies (OPALE). C’est la cohorte la plus importante au niveau mondial.

05 / PRISE EN CHARGE CLINIQUE : SERVICE DE NEURO-MYOLOGIE
> L’année 2020, marquée par la crise sanitaire Covid-19 a obligé le service à adapter ses procédures d’accueil pour travailler en sécurité pour les patients et le personnel. Des outils numériques ont été développés, la téléconsultation a été mise en place très rapidement et la prise en charge des patients a pu être maintenue. Malgré la pandémie, le service est monté en charge concernant les traitements innovants, par exemple avec le nusinersen pour les amyotrophies spinales (SMA).

> L’équipe de psychologues a travaillé en synergie étroite avec les médecins du service pour accompagner les patients et leurs familles dans la période la plus aiguë de la crise sanitaire : organisation de téléconsultations patient-psychologue- médecin, intervention des psychologues au sein des familles pour un accompagnement individualisé, intervention des psychiatres à domicile, etc… Elle a participé activement à la Cellule d’aide médico-psychologique de l’AFM-Téléthon mise en place durant le premier confinement. L’activité liée aux essais thérapeutiques a été maintenue et une procédure permettant de travailler avec l’équipe de l’hôpital Trousseau pour le passage de la consultation « Enfants » à celle « Adultes » avec une infirmière dédiée a été formalisée.
Des mesures contre l’errance diagnostique prévues par le plan maladies rares, notamment l’ouverture plus importante au séquençage du génome, ont été mises en place. Par ailleurs, dans le cadre des réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP) « myopathies non-étiquetées », l’équipe travaille à identifier les malades qui pourront bénéficier du séquençage très haut débit dans le cadre du Plan France Médecine Génomique 2025.

06 / NOMINATIONS
> Nomination d’Emmanuelle Lagrue, MD-PhD, neuropédiatre, comme Directrice adjointe de la plateforme d’essais cliniques I-Motion Enfants.

07 / DISTINCTIONS ET ÉVÉNEMENTS
> JOURNÉES DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE MYOLOGIE (JSFM)
Laure de Pontual, jeune chercheuse dans l’équipe #04 de Denis Furling et Geneviève Gourdon a reçu le prix Master 2020 de la Société Française de Myologie pour son projet de thèse sur l’identification de nouveaux facteurs impliqués dans la formation des contractions des répétitions CTG dans la dystrophie myotonique de type 1 (DM1).

> LABELLISATION PAR LA FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE
L’étude du sécrétome des cellules musculaires jeunes et âgées a permis à l’équipe #03 du Centre de Recherche en Myologie, co-dirigée par Vincent Mouly et Capucine Trollet, d’être labellisée par la Fondation pour la Recherche Médicale pour trois ans.
Ce projet est également étendu aux myopathies inflammatoires en collaboration avec l’équipe #08 d’Olivier Benveniste au travers du programme iAwards de Sanofi.

> BOURSE MARIE SKLODOWSKA-CURIE
Suite à ses travaux préliminaires sur l’épigénétique dans les modèles murins, Piera Smeriglio, chercheuse post-doc au sein du groupe #06 BOND dirigé par Maria-Grazia Biferi, a obtenu la très prestigieuse bourse Marie Skłodowska-Curie Researchers’ Individual Fellowship H2020. Elle étudie les différences dans la régulation des gènes dans des cellules de moelle épinière et de muscles de maladies du motoneurone.

> FINANCEMENT « JEUNE CHERCHEUR » ANR
Suite à ses travaux préliminaires sur la cartographie cellulaire très précise du muscle squelettique, Lorenzo Giordani, chercheur post-doc dans l’équipe #09 d’Antoine Muchir, a obtenu un financement « jeune chercheur » de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

> 25ÈME CONGRÈS INTERNATIONAL DE LA WORLD MUSCLE SOCIETY (WMS)
Ce congrès annuel réunissant les experts du muscle internationaux s’est tenu en virtuel du 28 septembre au 2 octobre 2020.
Une trentaine de communications (e-posters et talks) ont été présentées par les experts scientifiques de l’Institut de Myologie, dont les travaux d’Enzo Cohen, post-doctorant dans l’équipe #01 de Gisèle Bonne, démontrant comment il a identifié, chez un patient, deux mutations faux-sens déclenchant une nouvelle forme de myopathie.
Giorgia Querin, MD-PhD, Neurologue, Médecin coordinateur de la plateforme d’essais cliniques I-Motion Adultes y a également présenté son étude par IRM de la moelle épinière cervicale permettant d’identifier de façon précoce la dégénérescence de la moelle épinière chez des individus qui ne présentent pas encore de symptômes de la maladie, pour prédire ainsi le risque de la développer et traiter les malades dès l’apparition des premiers symptômes.