Efgartigimod dans la myasthénie auto-immune : l’essai ADAPT de phase III aurait atteint son critère principal d’efficacité

Biothérapie immunomodulatrice, l’efgartigimod est un fragment d’anticorps dirigé contre les récepteurs néonataux Fc ou FcRn. Ces récepteurs empêchent la dégradation des immunoglobulines G (IgG), dont font partie les auto-anticorps produits dans la myasthénie auto-immune. En se liant aux FcRn, l’efgartigimod (ou ARGX-113) réduit le recyclage des IgG et donc leur taux circulant. Administré en perfusion sur un rythme hebdomadaire, l’efgartigimod fait l’objet d’un essai de phase III multicentrique contre placebo nommé ADAPT, dans 16 pays dont la France. Cet essai rassemble 167 participants adultes atteints de myasthénie généralisée avec ou sans auto-anticorps anti-récepteurs à l’acétylcholine (anti-RACh).

 

Des performances à confirmer et détailler

La société néerlandaise argenx, qui développe l’efgartigimod, a annoncé par un communiqué de presse le 26 mai 2020 des résultats de l’essai ADAPT. Selon ce document :

  • le candidat-médicament aurait été bien toléré, avec un profil de sécurité d’utilisation comparable à celui du placebo ; 
  • le taux de participants avec anti-RACh répondeurs au traitement aurait été significativement supérieur, au regard du score des activités de la vie quotidienne (MG-ADL), dans le groupe traité par efgartigimod (67,7%) comparé au groupe placebo (29,7%) ; c’était le critère principal de l’essai ;
  • 63,1% des participants anti-RACh+ ont répondu à l’efgartigimod au regard du score quantitatif QMG versus 14,1% dans le groupe placebo ;
  • 40% des participants RACh+ traités par efgartigimod ont atteint une expression minimale des symptômes (MSE pour minimal symptom expression) versus 11,1% dans le groupe placebo.

Alors que l’essai ADAPT est prolongé par une extension en ouvert (ADAPT+), argenx envisage de déposer une demande d’autorisation de mise sur le marché américain d’ici fin 2020. Ȧ noter que quatre autres anti-FcRn sont à l’essai dans la myasthénie : le rozanolixizumab, le nipocalimab, le RVT-1401 et le batoclimab. Par ailleurs, des essais cliniques en cours ou en préparation évaluent l’efgartigimod dans d’autres maladies auto-immunes (thrombocytopénie immune primaire, polyneuropathie inflammatoire démyélinisante chronique), par voie intraveineuse ou sous-cutanée.

 

 

Voir le communiqué de presse de argent du 26 mai 2020 « argenx announces positive topline phase 3 ADAPT trial results »