Équipe 9- Voies de signalisation & muscles striés

Co-responsables : Fabien Le Grand & Antoine Muchir

Les muscles striés comptent pour à peu près 40% du poids total du corps, contiennent 50 à 75% des protéines totales du corps et contribuent signifi-cativement à de multiples fonctions corporelles. Il existe deux types de muscles striés : les muscles squelet-tiques et le muscle cardiaque. Ils partagent une architecture commune caractérisée par un arrangement très particulier et bien décrit des cellules musculaires et des tissus conjonctifs associés.

L’équipe SPaSM est composée des groupes de recherche de Fabien Le Grand et Antoine Muchir qui réunissent une expertise complémentaire en biologie cellulaire fondamentale et en recherche translationnelle, qui concerne à la fois le muscle squelettique et le muscle cardiaque.

L’activité de l’équipe se focalisera sur la dissection des mécanismes menant au dysfonctionnement du muscle au travers d’une approche multi-échelle intégrée.

Notre but est d’identifier des cibles spécifiques pour un développement thérapeutique qui constituera la base de futurs essais cliniques destinés à traiter les dystrophies musculaires et les cardiomyopathies, et de développer la médecine personnalisée.

Notre recherche tournera autour de trois objectifs :

  • Utilisant des technologies « single-cell », nous décortiquerons la composition  de chaque type cellulaire (séquençage ARN, cytométrie de masse) du muscle strié au cours du développement, de la régénération, du vieillissement et de la maladie.
  • Nous étudierons la dynamique du cytosquelette intracellulaire comme paramètre des voies de signalisation extracellulaires et nous déchiffrerons les signaux qui régulent la fusion des myoblastes squelettiques et la contractilité des myocytes cardiaques.
  • Nous avons trouvé une expression anormale du gène cible Wnt/Erk  à la fois dans une cardiopathie et dans les dystrophies musculaires. Nous chercherons à comprendre les conséquences fonctionnelles de ces mauvaises régulations dans les cellules musculaires

 

Projets

Même si la plupart des myopathies ne peuvent être guéries, leurs symptômes peuvent être soulagés. Le développement des avancées thérapeutiques destinées à atténuer les symptômes et à améliorer la vie des patients est une priorité dans notre société. Connaître les mécanismes moléculaires qui contrôlent le réservoir de cellules souches musculaires ou l’homéostasie des cardiomyocytes différenciés aidera à identifier les molécules capables de moduler la différenciation des cellules musculaires in vivo, pour aller vers la médecine régénérative. Nous étudions des modèles animaux de dystrophie musculaire et de cardiomyopathie et nous développons des thérapies pharmacologiques nouvelles basées sur nos découvertes.

Notre recherche s’articule autour de 3 axes :

  • Organisation tissulaire des muscles striés en santé et pathologie
  • Voies de signalisation régulant les liens entre structure et fonction dans les muscles striés
  • Contrôle de l’expression des gènes des muscles striés par les voies de signalisation

 

Composition de l’équipe

Fabien LE GRAND DR CNRS, chef d’équipe
Antoine MUCHIR CR INSERM, chef d’équipe
Nicolas VIGNIER CR AIM
Lorenzo GIORDANI Post-doc
Cécile PECATTE IE AIM
Anissa TALEB IE ANR
Francesco GIRARDI doctorant
Nicolas ROSE doctorant
Deborah CARDOSO doctorante